• Feuilleter l'ouvrage

Enquête auprès des fumeurs en situation précaire

février 2012
 

Le tabagisme est un fléau sanitaire. En France, il tue chaque année plus de 60 000 personnes. Depuis bientôt quarante ans, les pouvoirs publics luttent contre ce fléau, et leurs efforts ont redoublé au cours des années 2000 : interdiction de vente aux mineurs, interdiction de fumer dans les bars, les restaurants et les discothèques, campagnes médiatiques antitabac de plus en plus musclées, fortes hausses du prix des cigarettes…

Ces efforts n’ont pas eu les résultats escomptés : le tabagisme a reculé, mais modestement et provisoirement. Surtout, à mesure que la lutte antitabac s’intensifiait, la différenciation sociale du tabagisme s’est accrue : si l’on fume moins dans les milieux les plus éduqués et les plus aisés, ce n’est pas le cas, loin de là, parmi les populations précaires. Comment expliquer cette persistance du tabagisme en bas de l’échelle sociale ? Alors même que les cigarettes coûtent de plus en plus cher, pourquoi les plus démunis ne renoncent-ils pas à fumer ?Pour comprendre ce phénomène, cet ouvrage mobilise de nombreuses données statistiques, mais aussi des entretiens libres réalisés avec des fumeurs en situation précaire. Car le tabagisme n’est pas qu’un fléau sanitaire : c’est aussi une pratique sociale ancrée dans le quotidien des fumeurs, qui satisfait des besoins, entretient des liens… Pour mieux l’appréhender, il fallait donner la parole aux fumeurs, les laisser évoquer avec leurs propres mots ce que la cigarette représente pour eux.

Au-delà du seul tabagisme, cet ouvrage propose un autre regard sur un enjeu majeur de la santé publique contemporaine : les inégalités sociales de santé.

  • Nombre de pages : 144
  • ISBN : 978-2-8109-0073-2
  • Date de parution :
  • Format : 15 x 23 cm
  • Peretti-Watel Patrick

    Sociologue à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), dans le laboratoire Sciences économiques & sociales de la santé et traitement de l’information médicale (SESSTIM), il est également à l’Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d’Azur.